Spirale Dynamique et enseignement

Christian den Hartigh & Fabien Chabreuil

Le tableau suivant est le fruit d'une collaboration entre un enseignant de français en collège ZEP et un spécialiste formateur en Spirale Dynamique.

L'holarchie proposée par la Spirale Dynamique est un outil particulièrement efficace, voire indispensable, dans le cadre de l'enseignement.

En effet, il s'avère qu'une classe ne peut en aucun cas être homogène. Les différents individus qui la composent présentent différents vMèmes dominants. La principale difficulté pour un enseignant est donc de pouvoir transmettre des savoirs afin que tous les individus du groupe puissent les comprendre. Une telle possibilité est réellement possible en FS, comme le modèle finlandais le présente depuis une trentaine d'années.

Le tableau montre de quelle manière l'enseignant devrait prendre en compte les différents niveaux, sans en négliger aucun, afin qu'ils puissent être stables et durables, jusqu'à FS.

C'est à ce vMème que la relation entre le pédagogue et l'apprenant est la plus solide dans la mesure où l'un comme l'autre se donnent les moyens de s'interroger et de rechercher des outils afin de se comprendre. Il n'est plus question de confrontation, mais d'une véritable synergie. L'élève n'est plus passif, mais dans une large mesure, actif face à ses difficultés qu'il cherche alors à combler.

La Spirale Dynamique permet d'autre part à l'enseignant de pouvoir s'adapter, sans juger, au niveau des élèves au sein de la classe, puisque certains d'entre eux présentent un vMème dominant en BO, en CP, en DQ ou en ER.

Il n'est plus question de quotient intellectuel ou d'intelligence, non plus de simples compétences ou d'acquisitions de savoirs, mais bien d'une acceptation de la part de l'adulte des valeurs et du comportement des apprenants.

Situation

L’enseignant fait face à une classe de vingt-cinq élèves. La classe est hétérogène car les élèves diffèrent par :

  • leurs savoirs ;
  • leur capacité d’écoute ;
  • leur acception ou refus de suivre le cours ;
  • leur ressenti face au cours ou face à l’enseignant.

Le but de l’enseignant est double :

  1. Appliquer le programme donné et élaborer en même temps des outils afin que l'élève puisse comprendre les différents savoirs ;
  2. Créer dans sa liberté pédagogique une structure permettant à chacun de suivre ce programme suivant un rythme adapté, mais, dans une certaine mesure, contraint par le programme.

Les questions que l’enseignant se pose peuvent être :

  • Comment travailler de manière homogène dans une classe hétérogène ?
  • Comment avoir une classe à l’écoute et calme ?
  • Comment faire travailler les élèves en même temps ?
  • Comment faire travailler chaque élève suivant leur rythme ?
  • Comment amener chaque élève à s’améliorer grâce à son travail ?
  • Comment ne pas donner de punitions ?
  • Comment faire en sorte que les récompenses ne nuisent pas à la cohésion du groupe ?
  • Comment prendre en compte la spécificité de chaque élève ?

Utilisation de la Spirale Dynamique

Le tableau ci-dessous est un travail qui est et restera perpétuellement en cours d'élaboration. Il peut être discuté dans le billet correspondant du blog d'Integral Personality où seront signalées ses mises à jour.

 

Processus
Conséquences
   

… À définir …

… À définir …

 
FS
(Harmonie)

L’adulte et les élèves sont les concepteurs et faciliteurs de projets pédagogiques communs

  • Le groupe classe travaille à des projets communs dans lesquels chacun est mis à contribution.
  • Possibilité de faire appel à des élèves extérieurs au groupe.
  • Expression des satisfactions ou des désarrois.
  • Activités suggérées par l'ensemble de la classe et emploi du temps mis en commun.
  • Un élève peut devenir tuteur d'un élève moins performant et qui en manifeste le désir.
  • Chaque élève a une note individuelle, la classe possède une note globale. Les deux notes sont pondérées et seul ce résultat est communiqué à l'élève = note de vie de classe.
   

L’enseignant demande à l’élève de choisir son travail en fonction de son ressenti.

Mise en valeur des capacités de partage, de collaboration.

ER
(Matérialisme)
 

Relation Pédagogue – Apprenant

  • L’adulte enseignant décide qui parle en fonction d’une stratégie d’enseignant.
  • L’enseignant utilise des fiches méthodologiques personnalisées et indique les réussites, les progrès.
  • Le cahier personnel est laissé libre, sauf pour le classement des fiches.
  • L’élève peut présenter des projets personnels.
  • L’élève connaît et comprend ses possibilités et celles des autres. Ainsi il devient autonome.
  • Pour récompenser, l’enseignant s’adresse à chaque élève dans le groupe.
    La récompense : une bonne note.
  • Certains élèves peuvent aider le professeur dans des tâches, dans des décisions ou dans la conception d'exercices.
     

L’enseignant sait montrer les progrès faits par l'élève, aussi minimes soient-ils, et il les valorise.

 
DQ
(Ordre)

Relation Enseignant – Élèves

  • L’enseignant présente le programme commun : chronologie de l’année et marquer les différents événements futurs communs : vacances + séquences de travail + évaluations.
  • Énoncé du contrat : les règles de vie commune à l’ensemble de la classe, à l’ensemble de l’établissement, à l’ensemble des établissements (ville, région, pays).
  • Le professeur s'engage sur différents critères (délai de livraison des devoirs notés, nombre de devoirs écrits et oraux, s'engage à aider tous les élèves).
  • Évaluation des savoirs.
  • Absence de compétition.
  • Hiérarchie de fonction et non de valeur : délégués, élèves responsables du cahier de textes, etc.
  • Récompense pour avoir suivi la méthode de travail indépendamment du savoir et des acquis.
   

L’adulte choisit qui parle.

L’adulte connaît le niveau scolaire de chacun et il valorise. Il ne montre pas de violence.

CP
(Pouvoir)
 

Relation Adulte – Enfant

  • L’adulte possède le pouvoir, la force physique. Lui seul se déplace dans la classe territoire et il fait face physiquement à chaque enfant.
  • Activités permettant un CP sain : écriture automatique, envoyer une balle ou trousse, utilisation du papier de colère1, utilisation d'une cible pour concrétiser les réponses.
  • Récompense immédiate pour l’élève qui obéit.
   

L’adulte protège chaque individu dans le groupe.

Chacun a son matériel (trousse, livre, cahier).

 
BO
(Sécurité)

Création du groupe classe

  • Le groupe donne un nom, une couleur ou un surnom à la classe.
  • Créer des rites : saluer en début d’heure, faire l’appel, saluer en fin d’heure.
  • Les enfants sont appelés par leur prénom.
  • Structure de cours répétitive ; apprentissage par répétition ; notions apprises par cœur.
  • La classe est un lieu fermé où chacun est protégé et où il n'y a pas de gêne extérieure.
  • Les enfants ne sortent pas de cours, sauf urgence.
   

L’adulte revêt une stature paternelle.

Adulte et enfants peuvent s’emprunter du matériel, de la nourriture.

AN
(Survie)
 
  • L’enfant qui en éprouve le besoin peut manger un gâteau, boire, aller aux toilettes ou à l’infirmerie.
 

_____________________________

1 : Le papier de colère est destiné à apaiser une situation tendue. Il s'agit d'une feuille A4 sur laquelle est écrit :

Papier de colère

À froisser et à jeter violemment

Cet article fait l'objet d'une discussion sur le blog Integral Personality.